<< Accueil | Mon compte | Mon Panier | Commander | Contactez-nous >>  Panier : 0 article(s)


Sommaire Desports numéro 7




DESPORT N°7

Envoyer à un ami
- VPC7
Prix : 23.00 €
Options disponibles :
Zone de livraison:

 

Si le rugby compte au bas mot cent cinquante ans, la Coupe du monde est d’invention récente. Elle est même plus jeune que Windows. On sait aussi que le ballon rond ramassé par Webb Ellis n’était pas vraiment rond, mais on ne sait pas
avec précision quand le ballon est devenu ovale.Même si ce numéro dispense un magnifique tour d’horizon, on regretterait de ne pas s’offrir – en préambule – quelques citations qui rebondissent entre la dérision et la poésie. Aujourd’hui, les
gars, on n’oublie pas la règle des trois P : Pousser, Plaquer, Courir. Eh les gars ! En face de vous, ils sont comme nous : ils ont 15 bras et 15 jambes ! Quant à Herrero, il disait qu’un vrai coup de godasse sur un type à terre, c’est encore plus dur à donner qu’à recevoir. Rives, lui, considérait que les Anglais ne perdent jamais, mais que parfois on les bat.
Un jugement auquel fait écho, dans le formidable article de Luc Folliet consacré aux Boks, le point de vue d’un joueur écossais après une défaite 44 à 0 – à domicile – malgré les frissons que fait passer Flower of Scotland : “et estimons-nous
heureux d’avoir atteint les zéro point”. Gageons que notre revue ne finira pas comme la revue de Borges, confiée à un petit malin qui épuisa le tirage en la vendant comme coussin pour une poignée de centavos lors d’un match de rugby.
L’entretien avec Mourad Boudjellal réussit à nous surprendre même s’il prétend qu’“il n’y a pas de hasard dans la vie”. À côté de lui, Mohed Altrad apparaît en Bédouin, entrepreneur, écrivain, fêté par ses cinq enfants qui ont tiré au sort une
date pour le doter d’un anniversaire (le 9 mars), si on en croit Kaouther Adimi – et on la croit. Sans minimiser le rôle plus ou moins effréné de l’argent dans le rugby, on peut donc très bien vibrer pour Oyonnax et admirer Wilkinson.
D’ailleurs, la littérature reste à l’honneur avec Mac Orlan, dont Benoît Heimermann commence un superbe portrait par une visite au cimetière où il est enterré comme un pharaon, avec son ballon de rugby. Parmi les splendeurs de ce numéro, vous verrez les planches de Jean Harambat dédiées aux frères Boniface (André et Guy) et placées sous le signe de l’adieu au défunt (Guy). Envoyé spécial aux antipodes, David Fauquemberg nous emporte en un somptueux voyage sur les traces du grand Richie McCaw jusqu’à “l’ovale turquoise d’un lac cerné par le brun des moraines”. Là-bas, Yves Harté y était pour la première Coupe du monde et nous met les larmes aux yeux en nous le rappelant, tout en réussissant à rendre hommage à Bébert la Godasse. Si le Midol était un papillon, Jean-Claude Raspiengeas en serait l’entomologiste idéal, qui démarre au quart de tour et au p’tit noir. Un peu plus au nord, outre-Quiévrain, oui, vous avez bien lu, le libraire Claude Aronis nous apprend qu’un oeil poché peut être le sésame pour découvrir le paradis à Waterloo. Ajoutons un entretien avec un capitaine argentin féru de Saint-Exupéry et un voyage au pays de Galles dont on ne revient pas forcément indemne – même si l’arbitre de “l’essai du siècle” en reste émerveillé. Le 18 septembre, Angleterre – Fidji ouvrira le bal. Le 31 octobre, un samedi, à 18 heures, commenceront en même temps la finale et Halloween.


Scannez le code pour accéder à cet article sur votre mobile
Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris